À PROPOS

Les grandes villes sont en constante mutation. Montréal n’échappe pas à la règle. Le centre-ville, tel que nous le connaissons maintenant, a été transformé par les grands travaux des années 1950, 1960 et 1970 : l’élargissement du boul. René-Lévesque, les nouvelles voies rapides telles que les autoroutes Ville-Marie, Bonaventure et Décarie, l’échangeur Turcot et le métro.

La réalisation de ces travaux a nécessité la démolition d’une grande partie de certains quartiers limitrophes au centre-ville. Des milliers d’immeubles ont été démolis pour construire les autoroutes qui facilitent l’accès au centre-ville. Saint-Henri, Pointe-Saint-Charles, la Petite-Bourgogne et Griffintown ont été particulièrement touchés par le pic des démolisseurs. Victoriatown, au pied du Pont Victoria, a été complètement rasé.

Comme on peut le constater sur cette carte, ces quartiers sont maintenant complètement encerclés par le réseau autoroutier. La ressemblance avec un périphérique est d’ailleurs assez frappante.

Sud-Ouest de Montréal, portion occidentale

Sud-Ouest de Montréal, portion occidentale

Il est difficile aujourd’hui d’imaginer l’importance que ces quartiers ont eu dans le développement économique de Montréal. Des milliers de personnes y vivaient et y travaillaient. Ils y avaient leurs écoles et leurs lieux de culte. Les industries et commerces grouillaient d’activité. Il reste aujourd’hui peu de trace de cette vie.

Ce blogue s’est donné comme mission d’être le témoin de ce que ces quartiers ont été avant la construction des axes autoroutiers qui les traversent de part en part et en transforment certaines parties en quartiers enclavés.

Il y avait une vie dans ces quartiers avant la venue de l’autoroute. Voyons à quoi elle pouvait ressembler.

Publicités